a story lives forever
Register
Sign in
Form submission failed!

Stay signed in

Recover your password?
Register
Form submission failed!

Web of Stories Ltd would like to keep you informed about our products and services.

Please tick here if you would like us to keep you informed about our products and services.

I have read and accepted the Terms & Conditions.

Please note: Your email and any private information provided at registration will not be passed on to other individuals or organisations without your specific approval.

Video URL

You must be registered to use this feature. Sign in or register.

NEXT STORY

Dien Bien Phu (Part 2)

RELATED STORIES

Dien Bien Phu (Part 1)
Raoul Coutard Film-maker
Comments (0) Please sign in or register to add comments
When Dien Bien Phu fell, so it had been going on for quite a while. It was, I'm going to go back to Dien Bien Phu a little because when Dien Bien Phu was- When de Lattre died, he was replaced by Navarre. And suddenly the information system changed abruptly because he was against that particular system and would say- You see, if it's a victory, we'll have no problem talking about it, if it's a defeat even the best journalist will not be able to transform it into a victory. So he launched a first operation, which was his first mistake. It was very strange because everyone talked about him because of Dien Bien Phu but it wasn't- His big mistake, was when he launched an operation called 'Opération Atlante'. So that operation was- Actually, theoretically, I mean when you look at the north of Hué, meaning almost halfway through Vietnam, the entire part of Vietnam up until the borders with the Catholic parts, in the south of the delta of Hanoi, was occupied by the Vietnamese. So there had been a first operation done by de Lattre to give the financiers a good shake in order to get some cash, it was the Hoa Binh and Cho Ben operation, he had precisely settled down in the middle of the Vietnamese zone and everyone had concluded that we were attacking once again. So well the idea was to say what the soldiers called 'rolling out the blanket', meaning that from Hué we are going to gain more ground as we go along and recapture that part. But since the Vietnamese had- They were very much aware that they wouldn't be able fight on equal terms against the French army, so I mean every time they were outnumbered, they didn't engage in battle, or they tried small delaying tactics, but no battle. So they went up to the upper region, in places where we weren't settled very well. So they gained ground in places where no one expected them. Which means that this was a really bad thing for the French army because we were forced to bring the Tonkin troops back to help the people who were in the upper region. Well. So, there was that thing, that at one point, since the Vietnamese started to be threatening, because of that 'Opération Atlante', started to threaten the Laos, that the French government gave the order to spot that operation, and there weren't very many possibilities. And since the operations had gone relatively well with Hoa Binh, Cho Ben and then That Qué, etc., we decided we would build a large airborne base to keep the Vietnamese back. Since it's far, they're going to try and block us there to prevent us from getting settled. So Dien Bien Phu had been chosen. So and that was happening right at the beginning of the Geneva conference, at a time when there was a sudden change in strategy, we were going to discuss peace. So it was important for the Vietnamese, well for the Communist block, it was important that Dien Bien Phu fell- Hence the Chinese contribution of equipment at that point. An anti-aircraft division arrived in Dien Bien Phu, followed by artillery units. So which means that- Because as opposed to what people think, Dien Bien Phu wasn't a basin, it was something very very big, we couldn't fire a canon from one end to the other, there were two airfields in Dien Bien Phu. The Isabelle strongpoint where the legion was, couldn't fire on Beatrice because it was so big, it was really big, more than tens of kilometres. Well. So, and so I went, I had been asked to go with Navarre, when Dien Bien Phu fell, I started to get him settled, with Navarre who went to inspect Dien Bien Phu. So first of all we stopped in Hué and then afterwards we went to Dien Bien Phu. And there was- in the army, I mean, those who run the operation stations, it's the people of the third department, and the boss of the third department was a colonel called Rocol. In fact he wrote a book, which was called "Why Dien Bien Phu?" where he explained the reasons why this location was chosen, etc., a very technical book. And I'm talking about it because when we left Hué to go to Dien Bien Phu, there was- Navarre had what we call a bottle carrier, it was a captain who was in charge of knowing if he needed anything, etc. And he was called Pouget, Jean Pouget, he was a cavalry soldier and he handed out books, because they liked detective novels, and he gave one to Rocol who took it. I took a photo of that thing, I didn't pay attention to the book, it's when I saw the photo. The book- we were going to Dien Bien Phu and the book was called "The worst of things" which had been published in a collection called "Bad Luck". I only noticed it much later on; I didn't see it at the time. You didn't keep the photo? Yes, yes, I have it. You have it? Yes yes.
Quand Dien Bien Phu est tombé, bon ça faisait un moment déjà que ça durait. C'était, je vais revenir un petit peu en arrière à propos de Dien Bien Phu parce que quand Dien Bien Phu a été- Quand de Lattre est mort, il a été remplacé par Navarre. Et d'un seul coup le système d'information a brusquement changé parce que lui il était contre ce système-là et il disait- Vous comprenez, si c'est une victoire, on saura très bien en parler, si c'est une défaite les meilleurs journalistes ne pourront pas la transformer en victoire. Alors il a déclenché une première opération qui était la première des conneries. C'est très curieux parce que tout le monde a parlé de lui à propos de Dien Bien Phu mais c'était pas- La grande erreur, ça a été quand il a déclenché une opération qui s'appelait l'opération Atlante. Alors cette opération était- En fait, théoriquement, je veux dire quand on regarde au nord de Hué, c'est-à-dire pratiquement à la moitié du Vietnam, toute la partie du Vietnam jusqu'aux frontières des endroits où il y avait des catholiques, dans le sud du delta de Hanoi, était occupée par les Viets. Alors il y avait d'abord eu une première opération que le père de Lattre avait faite pour secouer les puces des financiers pour qu'ils donnent des ronds, c'était l'opération de Hao Binh et Cho Ben où il avait été justement s'installer en pleine zone Viet et tout le monde en avait déduit qu'on repassait à l'initiative. Bon alors donc l'idée c'était de dire ce que les militaires appelaient on va rouler la couverture, c'est-à-dire qu'à partir de Hué on va reprendre du terrain au fur et à mesure et puis reprendre cette partie-là. Mais comme les Viets avaient- Ils savaient très bien qu'ils ne pouvaient pas lutter contre l'armée française à armes égales, donc je veux dire à chaque fois qu'ils n'étaient pas en supériorité, ils n'engageaient pas le combat, ou alors ils faisaient des petites merdes à retardement, mais pas de combat. Donc ils sont partis dans la haute région, dans des endroits où on n'était pas très bien installés. Donc ils ont cassé du monde dans les endroits où personne ne les attendait. Ce qui fait que ça a été très tragique pour l'armée française parce qu'on était obligé d'abord de ramener des troupes du Tonkin pour pouvoir aider les gens qui étaient sur la haute région. Bon. Alors sur ce, il y a eu cette histoire qu'à un moment donné, comme les Viets commençaient à menacer, à cause de cette opération Atlante, commençaient à menacer le Laos, que le gouvernement français a donné l'ordre de stopper cette opération, et il y avait assez peu de possibilités. Et comme les opérations c'étaient relativement bien passées avec Hoa Binh, Cho Ben et puis That Qué, etc., on avait dit on va donc faire un gros camp aéroporté pour fixer les Viets. Comme c'est loin, ils vont essayer de nous coincer là pour nous empêcher de nous installer. Donc c'est le site de Dien Bien Phu qui avait été choisi. Bon et ça ça se passait juste au début de la conférence de Genève, au moment où d'un seul coup il y avait changement de stratégie, on allait discuter de la paix. Donc pour les Viets il était important, enfin disons pour le bloc communiste, il était important de faire tomber Dien Bien Phu- D'où à ce moment-là l'apport chinois de matériel, il y a une division anti-aérienne qui est arrivée à Dien Bien Phu, plus des éléments d'artillerie. Bon ce qui fait que- Parce que contrairement à ce qu'on croit, le site de Dien Bien Phu c'était pas une cuvette comme ça, c'était un truc très très grand, on ne pouvait pas tirer au canon d'un bout sur l'autre, il y avait deux aérodromes dans Dien Bien Phu. L'endroit Isabelle où était la légion ne pouvait pas tirer sur Béatrice tellement c'était grand, c'était vachement grand, plusieurs dizaines de kilomètres. Bon. Alors, et donc je suis allé, on m'a demandé de faire avec Navarre, quand Dien Bien Phu était pris, j'ai commencé à l'installer, avec Navarre qui allait inspecter Dien Bien Phu. Alors on s'est d'abord arrêtés à Hué et puis ensuite on est allés à Dien Bien Phu. Et il y avait- dans l'armée, je veux dire, ceux qui s'occupent des postes d'opération, c'est les gens du troisième bureau, et le patron du troisième bureau c'était un colonel qui s'appelle Rocol. Il a écrit un bouquin d'ailleurs qui s'appelait- "Pourquoi Dien Bien Phu ?" où il explique pour quelles raisons ce site a été choisi, etc., un bouquin très technique. Et je raconte ça parce quand on partait de Hué pour aller à Dien Bien Phu, il y avait- Navarre avait ce qu'on appelle le porte-bidon, c'était un capitaine qui s'occupait de savoir s'il avait besoin de quelque chose, etc. Et il s'appelait Pouget, Jean Pouget, c'était un cavalier et il leur distribuait des bouquins, parce qu'ils aimaient bien lire des bouquins policiers, et il a donné à Rocol un bouquin que l'autre a pris. J'ai fait une photo de ce truc-là, j'ai pas fait attention au bouquin, c'est quand j'ai vu la photo. Le bouquin- On allait à Dien Bien Phu et le bouquin s'appelait "La pire des choses". Et c'était édité dans une collection qui s'appelle "La mauvaise chance". Mais je m'en suis aperçu beaucoup plus tard de ce truc-là, je n'ai pas vu sur le moment. Tu ne l'as pas gardée cette photo ? Si si, je l'ai. Ah tu l'as ? Oui oui.

French cinematographer, Raoul Coutard (1924-2016) was twice nominated for the César Award for best cinematography which he won in 1978 for 'Le Crabe-tambour'. He made over 75 films and documentaries, including 'À Bout de Souffle', Le Mépris' and 'Band à Part'. He was the most acclaimed French cinematographer of his generation and one of the key figures of the New Wave.

Listeners: Bernard Cohn

Benard Cohn is a French filmmaker and writer, who has directed five films as well as numerous documentaries and television series. As an assistant director, he worked with many important filmmakers, including Luis Buñuel, François Jacob, Otto Preminger and Woody Allen. He was a founding member of the Ciné-Qua-Non cinema club and has acted as editor and translator for various publications on the world of cinema.

Bernard Cohn est un réalisateur et écrivain français, ayant réalisé cinq film ainsi que de nombreux reportages et séries télévisées. En tant qu'assistant réalisateur, il a travaillé avec plusieurs grands cinéastes, notamment Luis Buñuel, François Truffaut, Otto Preminger et Woody Allen. Il fut membre fondateur du ciné-club Ciné-Qua-Non et a participé à la rédaction et traduction en anglais, de plusieurs ouvrages sur le cinéma.

Tags: Dien Bien Phu, vicotry, Peace, Geneva

Duration: 6 minutes, 12 seconds

Date story recorded: October 2004

Date story went live: 24 January 2008